Accueil

03
JUIL 2012
Suite et fin des aventures de Myriam à bord du Belem!

2012-07-03 17:34:05
  Nous vous l'avions promis, voici la seconde partie du témoignage de Myriam, l'une de nos plus fidèles stagiaires, lors de ses derniers stages relian...

 

Nous vous l'avions promis, voici la seconde partie du témoignage de Myriam, l'une de nos plus fidèles stagiaires, lors de ses derniers stages reliant Lorient à Saint-Malo en mai dernier...En plus de son talent de narratrice, Myriam nous fait partager également ses très belles photos prises pendant cette navigation.

« À bord, vous constatez aussi que votre esprit à une incroyable faculté à oublier très vite toute notion de temps, ce qui du reste est fort appréciable pour faire abstraction complète de votre quotidien habituel de terrien.

Ainsi les jours suivent leur cours, rythmés par les prises de quart, et les différentes activités initiées par l'équipage (ascension dans la mâture, matelotage, entretien divers, instructions nautiques…).

Les paysages, eux, défilent, sans cesse renouvelés au gré des caprices de la météo.

Notre navigation nous permet d'ailleurs de passer au plus près de sentinelles des mers emblématiques (Ar Men, La Vieille, Saint-Mathieu, Triagoz, Le Grand Jardin,...), de contempler des traits de côtes magnifiques, de passer le Raz de Sein, le Chenal du Four, de longer l’Archipel ornithologique des Sept Iles et même d’envoyer le pavillon de courtoisie britannique pour aller tutoyer les Anglais jusqu’à Jersey.

Le phare du Grand-Jardin à Saint-Malo

Quant à la visite impromptue de dauphins communs, elle n'est pas rare en Manche. Systématiquement, elle précipite toute une bordée de stagiaires sur le gaillard avant, penchés à qui mieux pour apercevoir les facétieuses  acrobaties devant l’étrave de ces sympathiques compagnons d'aventure. Par contre, il faut différencier le cas du stagiaire plié en deux sur la lisse du faux pont. Lui généralement ne vérifie pas que tous les rivets sont bien fixés sur la coque d’acier, mais donne à manger aux poissons.

Sur les premiers jours, un vent de 6 Beaufort et une belle gîte sont nos meilleurs alliés pour gonfler généreusement toutes les voiles. Les jours suivants, les vents faiblissent un peu et nous permettent néanmoins de nous entraîner à quelques beaux virements lof pour lof.

Le Beaufort vient gonfler les voiles du Belem
 
La Cancalaise à la rencontre du Belem

 

 

Une heureuse surprise nous attend ensuite au large de Binic, La Cancalaise et Le Renard viennent tirer des bords avec nous. Une belle après-midi qui donne l'occasion de procéder à des échanges d'équipage au sein d'une mini armada improvisée.

 
 
 
 
 
 

Mais le moment clé du stage où le stagiaire prend pleinement conscience du privilège qu’il a d’être à bord d'un grand voilier de commerce plus que centenaire, reste la sortie dans l’annexe autour du Belem avec toute la toile dessus (appelée plus familièrement le « zodiac photos tour », expression japonisante s'il en est, mais qui demanderait à vérifier que la Tour Eiffel est bien toujours le monument historique le plus photographié de France !).

Le week-end du 20 mai nous faisons escale au port du Légué. Un événement exceptionnel pour la ville de Saint-Brieuc qui n'a pas reçu la visite du Trois-mâts légendaire depuis plus de 20 ans ! La journée de visites publiques se déroule sous un vrai déluge et pourtant c'est bien 2.500 personnes qui foulent le pont pour découvrir le fier Trois-mâts.

Le Belem arrive à Saint-Brieuc, les Briochins ont réservé un accueil chaleureux au Trois-mâts, son équipage et ses stagiaires

Le lendemain, nous reprenons notre route en direction de la Cité Corsaire sous une météo beaucoup plus clémente. Nouveau stage, nouvelles bordées de stagiaires, et c'est reparti pour trois jours. Et tous s'accorderont à dire en passant à hauteur du phare du Grand Jardin que Saint-Malo demeure incontestablement un des plus beaux écrins pour arriver à la barre d'un grand voilier.

Et pour moi, ce petit entraînement de 683 milles comble momentanément mon impatience à retrouver le Belem cet été pour une virée celtique sur Galway."

 Myriam Villert.

 

Si vous aussi vous souhaitez témoigner de votre expérience à bord du Belem ou nous faire partager vos photos, n'hésitez à pas à nous écrire en vous rendant sur la page contact du Blog..

 

0 commentaire

CARTE & AGENDA DU BELEMReplierReplier

Articles les plus lus

Faire un don

Belem
Fondation Belem 2016
Suivre le Belem sur les réseaux sociaux
PARTAGER Open
Facebook Belem Twitter Belem Youtube Belem Instagram Belem
S'INSCRIRE Open
Contacter la Fondation Belem
  • Par téléphone :
    Tel : +33 (0)1 42 73 47 30
    du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h
    Fax : +33 (0)1 42 73 47 39
  • Par courrier :
    Fondation Belem
    5 rue Masseran
    75007 Paris
  • Par email :
    - A l'adresse contact@fondationbelem.fr
    - Ou en utilisant le formulaire de contact
CONTACTS Open
Caisse d'Epargne
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok