Accueil

CARTE & AGENDA DU BELEMReplierReplier

Le petit roof

Le petit roof sert aujourd’hui de salle à manger des officiers. Il contient l’armoire pompier avec tout le nécessaire pour équiper deux pompiers parmi l’équipage. Au pied du mât, un coffre dit « de Nuremberg », datant du xviiie siècle et muni d’un système complexe de serrurerie, faisait office de coffre-fort mobile. Les fauteuils, installés lors de la restauration du navire au début des années 80, datent du xixe siècle.

Cette structure a été installée à l’époque britannique. C’était alors le fumoir du duc de Westminster. De dimensions modestes dans un premier temps, cette pièce s’arrêtait au grand roof.

Le grand roof

Le grand roof sert aujourd’hui de lieu de rassemblement et d’instruction des navigants en mer et de pièce de réception en escale.

Le charnier, en forme de tonneau et posé devant la balustrade du grand escalier, contenait, à l’époque marchande du navire, la ration quotidienne d’eau douce. Elle est aujourd’hui produite par deux osmoseurs qui dessalent l’eau de mer.

Cette pièce a été transformée au début du siècle par le duc de Westminster qui y fit réaliser le grand escalier, ainsi qu’un petit salon fumoir (partie arrière du grand roof actuel). Sir Arthur Ernest Guinness a, par la suite, fait relier ces deux parties, créant ainsi une salle à manger contiguë au salon fumoir. La cloison entourant le grand escalier est en acajou de Cuba.

La batterie

La batterie est le lieu de vie des 48 personnes pouvant être accueillies à bord du Belem. Elles y dorment et partagent leurs repas avec l’équipage autour d’une longue table en bois.

Logée dans le faux-pont, la batterie occupe aujourd’hui une partie des anciennes cales à marchandises du navire.

Le duc de Westminster acquiert le Belem à l’orée de la Première Guerre mondiale pour en faire un yacht privé. Il transforme l’espace du faux-pont en grand salon et cabines privées. Ces luxueux emménagements ont totalement disparu aujourd’hui.

Le comte Vittorio Cini réaménage le yacht britannique dès son arrivée à Venise en 1951. Il le transforme en navire école pour l’apprentissage des métiers de la marine. Le grand salon et les cabines privées sont réunis en une seule salle modulable, servant de dortoir avec hamacs, cantine et salles d’études.

Les banettes et les sanitaires

Les 48 couchages sont répartis en 4 box de 12 bannettes superposées, repartis sur bâbord et tribord le long de la coque. Les sanitaires, séparés hommes et femmes, se situent dans le prolongement de la batterie.

Le grand escalier

L’escalier à double révolution, en acajou de Cuba, mène aujourd’hui vers les lieux de vie des navigants.

Le grand escalier a été construit à l’époque britannique pour desservir les appartements privés et les suites.

La cale

Sous la batterie se trouvent aujourd’hui plusieurs espaces techniques et de stockage : au centre, la cambuse, où sont stockées les vivres en chambres froides ; vers l’arrière, les cuves de gazole (40 m3), les stations de traitement des eaux usées, les caisses à effluents, l’installation du conditionnement d’air et les cuves à eau (12 m3) ; vers l’avant se trouvent la voilerie contenant un jeu complet de voiles de rechange, des réserves de poulies et câbles en acier et le puits aux chaîne. Sous ce niveau sont placées, en fond de cale, des gueuzes en fonte permettant de lester le navire.

Longue de 33 mètres, la cale unique du navire contenait autrefois jusqu’à 1 000 m3 de marchandises. Elle a été compartimentée au cours de l’histoire, tant pour des raisons de sécurité que pour y aménager des espaces de vie.

La cuisine

Située à son emplacement d’origine, la cuisine permet de servir 128 repas par jour, préparés par 2 cuisiniers professionnels et servis en 4 services : 11 heures, 12 heures, 19 heures et 20 heures.
L’équipage et les navigants sont conviés à table au son de la cloche située au mât de misaine.

Les emménagements de l'équipage

Accessibles par une descente située à l’avant du navire, les emménagements de l’équipage comprennent un espace de vie commun et de détente et 11 couchages : une cabine pour le maître d’équipage, une cabine pour le maître charpentier, une cabine double pour les deux cuisiniers, une cabine réservée aux femmes et un poste collectif pour les 7 matelots.

A l’origine, l’équipage était logé sur le pont, à la place de la cuisine.

Les emménagements de l’équipage ont été créés lors de la transformation du navire en yacht.

L’atelier du charpentier

On y trouve l’ensemble des outils modernes et traditionnels qui permettent au maître charpentier d’effectuer en mer certaines réparations indispensables et d’entretenir les boiseries.
Le charpentier de marine est un spécialiste de la construction navale maîtrisant des savoir-faire traditionnels. Le métier est conservé et transmis au sein de l’équipage du Belem.

L’atelier du bosco

Le maîte d’équipage ou bosco entrepose dans cet espace les outils et matériaux destinés à l’entretien du navire et particulièrement du gréement. Une machine à coudre professionnelle permet de réparer les voiles en cours de saison et en période d’hivernage.
Le bosco perpétue un savoir-faire rare, préservé à bord du Belem.

Le gaillard d’avant

Le gaillard est la partie surélevée de l’avant du navire où le veilleur scrute l’horizon et signale à l’officier de quart la présence de dangers difficilement visibles de l’arrière. Le guindeau hydraulique et les lignes de mouillage sont les principaux apparaux de cette zone du navire.
Le Belem est équipé de 2 ancres de 1 000 kilos, chacune reliée à une chaîne de 7 maillons soit environ 192 mètres. Sur le beaupré, mât oblique situé à l’avant, sont amurées les voiles triangulaires appelée focs.
Depuis le gaillard, il est possible d’avoir une vision d’ensemble de la mâture du navire.

Le spardeck

Le spardeck est le pont supérieur du navire d’où sont effectuées les manoeuvres et l’ascension du grand mât situé au centre du navire (34 mètres au-dessus du niveau de la mer). Le spardeck permet d’accueillir du public pour de grands événements. L’équipage y entrepose les équipements de sauvetage (embarcations et gilets) et les annexes destinées à débarquer les navigants lorsque le navire est au mouillage.

Ce pont n’existait pas à l’origine. Il a été ajouté par Sir Arthur Guinness lors de la création des actuels grand et petit roofs.

Durant la période italienne du navire, des salles dédiées aux cartes et à la station radio ont été construites sur le spardeck pour rendre plus pratique la formation dispensée aux jeunes marins. Elles n’existent plus aujourd’hui.

La dunette

La dunette est l’espace de commandement du navire. En navigation, un officier de quart s’y tient en permanence pour assurer la conduite et la sécurité du navire.

Le mécanisme de la barre, d’origine du navire, à deux demi-vis à pas inversé et de fabrication et de fabrication anglaise, est abrité par un coffre appelé tortue. Cette barre est toujours utilisée aujourd’hui pour la conduite du navire en mer et par tous les temps. Le Belem ne possède pas de pilote automatique.
Derrière la timonerie, une claire-voie ouvre sur les emménagements des officiers. Elle date de l’origine du navire. Les assises, de part et d’autre, sont toujours appelées banc des demoiselles, en référence aux dames qui venaient s’y reposer.

Les balustres de style victorien ont été ajoutés par le duc de Westminster en 1914.

La timonerie

Cette structure, édifiée au début des années quatre-vingt, abrite l’ensemble des instruments nécessaires à la navigation et aux transmissions, une table à carte, une collection de documents nautiques et la barre de secours. Les manoeuvres d’accostage et d’appareillage du navire s’effectuent depuis le toit de la timonerie sur lequel montent les officiers.

Les emménagements des officiers

Les cinq officiers embarqués à bord du navire logent en cabines individuelles situées sous la dunette. Ces logements comprennent également le salon du capitaine, la cabine traditionnellement réservée à l’armateur, celle servant d’infirmerie et de bureau pour les lieutenants et l’espace de rangement appelé coqueron, positionné à l’arrière.

Le salon du capitaine

Cette pièce est utilisée au quotidien par le capitaine du navire comme bureau pour y gérer les affaires courantes du navire. Elle abrite, entre autres, un baromètre (colonne de Fortin datant du début du xxe siècle), un tableau du peintre de la marine Edouard Adam représentant le Belem en 1900, une longue vue du capitaine Frogbrook et deux porte-chapeaux en bec d’albatros.

La présentation actuelle date de la période britannique. Le salon conserve son mobilier en acajou de Cuba : bureau, bibliothèque, meuble-bar restaurés en 2016, grâce au soutien du ministère de la Culture, de la Ville de Nantes, de la Région des Pays de Loire et des Amis du Belem.

La salle des machines

La salle des machines abrite principalement deux moteurs diesel John Deere de 373 kw soit 507 chevaux chacun. Ces moteurs font tourner 2 hélices de 4 pales, ainsi que 3 groupes électrogènes qui fournissent l’alimentation électrique de tout le navire.
Le Belem, une fois en mer, produit sa propre eau douce par désalinisation de l’eau de mer avec un osmoseur à raison de 200 litres par heure.
Le chef mécanicien est en charge de l’entretien et de la conduite de ces équipements. La salle des machines est l’unique endroit de la cale sans pont permettant de voir le volume intérieur de la coque dans son ensemble.

Cette salle est apparue sous le duc de Westminster, lors de la motorisation du navire qui, à l’origine, n’évoluait qu’à la voile.
Belem
Fondation Belem 2016
Suivre le Belem sur les réseaux sociaux
PARTAGER Open
Facebook Belem Twitter Belem Youtube Belem Instagram Belem
S'INSCRIRE Open
Contacter la Fondation Belem
  • Par téléphone :
    Tel : +33 (0)1 42 73 47 30
    du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h
    Fax : +33 (0)1 42 73 47 39
  • Par courrier :
    Fondation Belem
    5 rue Masseran
    75007 Paris
  • Par email :
    - A l'adresse contact@fondationbelem.fr
    - Ou en utilisant le formulaire de contact
CONTACTS Open
Caisse d'Epargne
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok