3

Le projet

En juin 2019, la fondation Belem lançait une collecte de fonds en vue de restaurer le petit roof qui continue de se détériorer. Vous avez été très nombreux à participer puisqu’aujourd’hui la collecte atteint 50 000 €. Mais elle reste insuffisante : nous recherchons encore 20 000 € pour que les travaux puissent débuter hiver 2020-2021 : étanchéification des cloisons, reprise des boiseries sur le modèle ancien, coffrage des équipements et enfin, réfection de l’électricité et de l'éclairage dans un esprit art déco pour retrouver l’éclat et la modernité des années 1930.

A l'origine, un petit boudoir pour dames pour faire le tour du monde.

C’est Arthur Ernest Guinness qui entreprend la construction du petit roof du Belem lors de son rachat en 1921. Son idée est de faire du trois-mâts, qu’il rebaptise « Fantôme II », un « Happy Yacht » extrêmement bien aménagé et équipé pour naviguer au long cours. Il entreprend même un fascinant tour du monde d’une année, entre 1923 et 1924, avec son épouse, Lady Clothilde Russel, leurs trois filles, Aileen, Maureen et Oonagh – surnommées les Golden Guinness Girls - et des invités. Le projet de la « bande d’amis » était de partir à la découverte des lieux les plus romantiques de la planète, en particulier les mers du Sud. En 1921, Arthur Guinness réaménage le trois-mâts en perspective de cette épopée qui conduira le navire de Cowes à Cowes via Gibraltar, l’Atlantique, Panama, le Pacifique, la mer Jaune et la mer Rouge, le canal de Suez et la Méditerranée. Le roof principal est relié au fumoir et transformé en salle à manger : il s’agit du grand roof actuel. Un roof supplémentaire est construit comme boudoir pour les dames : il s’agit du petit roof actuel. Cette nouvelle structure s’arrêtait initialement au grand mât. Il faut attendre les années 50 et le rachat du navire par le Comte Vittorio Cini pour que le petit roof soit agrandi jusqu’au grand roof, intégrant le grand mât qui le traverse.

 

 

 

 

photo © Jean-Marc Arthot

 
 
 
Contactez-nous