3

Le projet

La fondation recherche 7.200 € pour re‑fabriquer à l’ancienne la voile d’étai de hune déchirée et permettre au trois-mâts de reprendre la mer au printemps 2020.

C’est l’une des 22 voiles du navire et l’une de ses 9 voiles triangulaires. Parfaitement centrale, entre le grand mât et le mât de misaine, ses 40m2 servent à équilibrer et appuyer le navire. Et c’est sans compter l’équilibre visuel et esthétique qu’elle apporte également au trois-mâts.  

Fin 2019, la voile d’étai de hune s'est déchirée suite à un gros coup de vent, avant que l'équipage ne puisse la réduire. Elle a dû être remplacée en mer par une autre voile, modifiée par le bosco. Il est urgent de la remplacer

C'est à la voilerie BURGAUD, maître voilier depuis 1910 à Noirmoutier, que la Fondation souhaite confier cette refabrication à l'ancienne, un processus en plusieurs étapes :

  • Établir le plan de la future voile à partir de l’ancienne tout en l’optimisant selon les conseils et l’expérience du bosco. Peut-être faudra t’il la raccourcir ou l’allonger, la creuser pour éviter un frottement …. Il n’existe en effet aucun plan des voiles du Belem.
  • Calculer le métrage nécessaire et choisir un tissu adéquat. C’est en Angleterre que l’on trouve les tissus répondant les mieux aux besoins spécifiques du Belem : du polyester blanc cassé de 700 gr/m2 en rouleau de 2 pieds de largeur. Le tissu doit en effet être souple pour être agrippé à la main (cargué), présenter un minimum d’allongement afin de rester stable et enfin résister aux rayons UV.
  • Assembler les laizes entre elles à la machine afin de réunir la surface nécessaire selon le plan de la voile.
  • Couper la voile selon sa forme.
  • Poser des renforts aux endroits préalablement déterminés puis la ralingue épissée (attache) dans chaque empointure (angle).
  • Et enfin tester la voile à bord qui repart pour un cycle de vie d’une dizaine d’années.

Dès lors, on comprend pourquoi un tel processus de fabrication coûte cher, tant il est artisanal.

Refaire la voile d'étai de hune est un nouveau défi que souhaite relever la fondation Belem en 2020. Pour cela nous avons besoin de votre contribution. Chaque don, aussi petit soit-il, alimente une grande chaine de solidarité autour de la préservation du Belem. Si vous cherchez un moyen de prolonger la navigation du Belem quelques années de plus, n’hésitez plus et participez au renouvellement de la voile d'étai de hune. Et surtout hissez haut !

Contactez-nous