Actualités

Journal de bord #1 Le Havre Cherbourg du 4 au 7 avril 2022

mercredi, 20 avril 2022 13:28

"C’est une nouvelle saison qui commence pour le Belem et son équipage ce lundi 4 avril 2022.

Après de longues semaines à l’abri dans les bassins havrais, nous larguons enfin les amarres pour nous rendre à Cherbourg. Ronde des cabillots, établissement des voiles d’étai, tout le monde s’active sur le pont pour prendre le large au plus vite : direction l’Angleterre presque toutes voiles dehors ! Seul l’artimon reste serré afin de ne pas rendre le navire trop ardent. 30 nœuds de vent sous un grand soleil, nous filons à vive allure vers l’Île de Wight. Mardi, en début d’après-midi, nous la laissons à l’ouest, et virons lof pour lof à proximité des côtes. Le grand phare à suivre le vent, puis le petit une fois le navire amené à son nouveau cap, retour vers la baie de Seine afin de pouvoir nous abriter du coup de vent qui se rapproche. Le vent de Sud Ouest ne nous permettant pas de faire route directe vers Saint-Vaast-La-Hougue, notre destination de mouillage, nous gardons les voiles jusque tard dans la nuit puis relançons les moteurs à proximité d’Antifer pour ensuite faire route plein ouest direction le Cotentin. Quelle surprise lorsque durant notre transit mercredi matin, des baleines viennent nous saluer ! A 10 h, nous sommes sur zone, nous mouillons l’ancre bâbord. Le temps s’est bien assombri et c’est entre les grains, mais sur une mer plus apaisée que nous profitons de cette journée plus calme pour monter dans la mâture, descendre en salle des machines avec le chef mécanicien et suivre quelques cours de matelotage dispensés par les gabiers. Plus tard dans la journée, c’est l’heure de nous rassembler et de célébrer notre dernière soirée tous ensemble autour d’un verre de punch servi par le Commandant Gibet. Cette journée à l’ancre se poursuit dans le grand roof où le Commandant nous dévoile tous les petits secrets des multiples vies et aventures du Belem.

Enfin, après une bonne nuit de sommeil, nous repartons au moteur pour rejoindre Cherbourg. Après une manœuvre d’approche difficile et intensive, des rafales à 45 nœuds nous décostant, le Belem est finalement amarré Quai de France et la coupée posée à terre. C’est l’heure des au revoir, et la fin d’une belle navigation !

Merci à tous pour votre présence, votre enthousiasme et à bientôt sur les ponts du Belem." 

Commandant Aymeric Gibet

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour commenter
Contactez-nous