Actualités

Journal de bord Cherbourg/Concarneau du 30 mai au 3 juin

vendredi, 17 juin 2022 10:22

"Lundi 30 mai, il est 10h00 quand le Belem appareille avec à son bord 45 stagiaires. Le temps est clément et ensoleillé. Le vent qui fait d’abord face à notre route, s’annonce favorable passer les premières 24 heures. Une fois le pilote débarqué, nous prenons cap sur vers l’ouest au moteur. Il nous faut gagner le cap de la Hague rapidement pour franchir le mythique raz Blanchard avec la marée à partir de midi. Il n’est pas rare d’observer des courants de près de 6 nœuds dans la zone et nous serions mal avisés de vouloir emprunter le passage à contre-courant. Le Phare de la Hague par le travers bâbord, nous prenons route au sud, et pouvons observer une dérive de plus de 30 degrés alors que l’on dévale la pente. Les îles Anglo-Normandes se dressent devant nous. La mer est belle, nous doublons Aurigny puis Sark et Guernesey pour passer au nord-ouest de Jersey et faire route vers l’île de Bréhat.
Nous avons établi nos voiles d’axes, et stoppé un moteur. Le vent nous est toujours un peu contraire, le ciel s’est couvert. En début de soirée, nous établissons nos voiles carrés, fixes, volants, perroquet et Cacatois. Cap au 200 en serrant le vent. Durant la nuit, le vent molli pour pratiquement s’arrêter, nous dérivons durant une heure et lorsque le vent monte de nouveau, nous sommes cap au nord et il nous faut virer de bord lof pour lof en brassant les vergues, pour revenir à la route.

Le lendemain, au nord de Saint-Brieuc, nous carguons les voiles et décidons de repartir plus au nord de Bréhat pour aller chercher du vent. Le pari s’avère payant et dans l’après-midi, nous établissons de nouveau les voiles, pour effectuer un long bord, cap au Nord-Ouest, en Manche alors que le vent remonte. Cette belle journée est l’occasion de faire un tour en Zodiac autour du navire, pour le prendre en photo sous voiles.
Durant la soirée après avoir viré de bord lof pour lof au large, suite à un manque à viré vent devant, nous serrons le vent au maximum pour passer au nord des sept îles. Nous gagions près de 10 degrés de cap vers le nord, à force d’efforts, mais ce n’est pas suffisant. Pour passer au nord, il nous faut virer de bord vers 4h00 du matin, pour regagner le large. En fin de nuit, le vent tombe de nouveau. Nous démarrons les moteurs et gagnons dans le Nord-Ouest. Au matin, le vent a enfin viré dans l’est, les conditions sont parfaites pour Belem. À allure portante toutes les voiles dessus, nous nous rapprochons de la pointe Bretagne. Dans la journée et dans la nuit qui vient, la route utile sous voiles, nous conduit vers le passage du Fromveur au sud de Ouessant.

Le matin du 2 Juin, le Belem, passe le Fromveur, et se dirige vers la baie de Lampaul, l’objectif est de mouiller dans la baie pour y passer l’après-midi et la soirée. Une fois assuré de la bonne tenue du mouillage, des navettes en zodiac sont organisées pour que chacun puisse aller découvrir l’île et profiter d’une terrasse vue mer. Le temps est magnifique et l’on admire le navire au mouillage dans la baie avant d’y rentrer. Le soir même, nous quittons le mouillage à 22h00, et faisons rapidement route pendant la nuit vers le raz de sein, pour le franchir au matin du dernier jour avec les courants favorable.

Ces choses faites à 7h00, nous doublons le phare de la Vieille au petit matin, la pointe du Raz se découpe devant nous. À bonne allure, nous rattrapons bientôt le nord des Glénan qui se révèlent timidement, route à l’Est nous empruntons bientôt les passes de Concarneau. Devant nous le port, et de nombreux souvenirs." 

Commandant Mathieu Combot

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour commenter
Contactez-nous